Mots chuchotés à Benoît Peeters

1024px-Paris-ArtetMetiers

 

            Il y a parfois des rencontres inédites, insoupçonnées qui vous ouvrent les yeux, éveillent votre curiosité ; en somme, (r)éveillent et stimulent. Nous avons tous des auteurs et artistes, morts ou vivants, qui nous accompagnent par leurs œuvres comme des amis de longue date comme autant d’influences bienveillantes. Des compagnons, souvent pour la vie.

Et puis, il y a aussi ces rencontres hasardeuses ou provoquées où l’un est stimulé par l’autre sans que ce dernier soupçonne votre présence physique, que ce soit lors d’un concert, d’une lecture ou d’une conférence. C’est mon cas avec le chercheur et auteur Benoît Peeters. J’ai suivi régulièrement durant deux années son séminaire sur les images au Musée des Arts et Métiers*. Peeters est un érudit généreux à l’enthousiasme contagieux : il se balade dans le monde de Tintin dont il est expert, il a créé Les Cités obscures avec François Schuiten, il est passionné de biographies, de Barthes et de cuisine. De tous ces mondes, il parle ou plutôt il conte, il « performe » naturellement avec des intonations desquelles transparaît sa joie de transmettre, l’œil toujours brillant et malicieux.

J’ai assisté régulièrement aux séminaires du premier jeudi du mois après 8h de travail peu nourrissant intellectuellement. Je dégustais ses paroles et son point de vue, exténuée par la fatigue de la journée et en même temps stimulée par ses propos. Heureuse de ressortir l’esprit rempli de trésors d’images, Winsor McCay, Roland Töpffer et beaucoup d’autres, avant de regagner la sortie du musée, frôlant du regard le pendule de Foucault et levant le nez vers le maelström d’inventions de la Chapelle des Arts et Métiers…

Des images et des espaces suspendus, géniaux, portés par le talent chaleureux de cet homme.

Benoît Peeters a contribué à mon retour authentique vers les images, celles qui habitent les livres. Etre présente en salle, au contact de sa voix a sans doute inspiré le style de ma propre étude, me promenant dans la recherche amateure, entre plaisir gourmand et exigence du gourmet. Je le remercie par ces mots, comme si je les chuchotais du fond d’une salle de conférence aux Arts et Métiers, discrètement mais profondément.

……………………………………………………….

Pour les curieux, les admirateurs : Benoît Peeters reprend un mini cycle sur les images en novembre prochain, cette fois-ci à la BNF (Paris). Plus d’informations :

https://www.bnf.fr/fr/agenda/les-conferences-leopold-delisle-la-bande-dessinee-entre-la-presse-et-le-livre-1

*https://www.youtube.com/user/peetersvladimir/videos